Retour en arrière !
7 octobre 2016 : l’UNFE est invitée par la Haute Autorité du Football (HAF) à venir présenter son dossier de relance du Football Entreprise. Ce jour-là, l’écoute des 18 membres qui composent cette entité est réelle.

La HAF fait office de Conseil de surveillance de la FFF et a, en particulier, pour rôles d’être force de propositions d’intérêt général au Comité Exécutif et de favoriser le dialogue entre les acteurs du football. A ce titre, elle dispose d’un droit d’interpellation du Comité Exécutif et peut formuler des avis.
C’est dans cette optique que les membres de la HAF avaient pris le temps d’auditionner les représentants de l’UNFE avant d’établir un premier constat puis une première version de leur rapport.
A la suite de cette première réunion encourageante, et en complémentarité du groupe de travail de la LFA, la HAF a créé un groupe d’étude interne pour examiner en détail la légitimité et le bien-fondé de cette demande de l’UNFE.
A l’issue de ses travaux, ce groupe restreint a reçu, le 24 Janvier dernier, une délégation de notre association pour que certains points soient clarifiés, par exemple sur la question du nombre d’extérieurs dans les équipes, sur la complémentarité ou pas entre les pratiques ‘’Loisir’’ et ‘’compétitive’’ dans les entreprises et sur les modalités de la proposition de relance d’un Championnat National.
Questionnés sur ces différents points, nos représentants ont tout d’abord informé les représentants de la HAF, du contenu des deux rencontres auxquelles ils avaient participé avec le Président de la Ligue de Football Amateur, en Décembre et Janvier. A la suite de quoi, ils ont argumenté donnant au débat un caractère très constructif.
En fin de réunion, René CHARRIER, Président de la HAF, a indiqué avoir parfaitement entendu nos arguments. La HAF va désormais bâtir un rapport qui sera finalisé et validé avant d’être remis, dans la continuité, au COMEX de la FFF et à Mr LE GRAET.

Comme nous l’avons clairement mentionné en début d’article, la HAF ‘’dispose d’un pouvoir de contrôle sur la gestion de la Fédération par le Comité Exécutif, sans pouvoir s’immiscer dans la dite gestion’’.

Il n’empêche que la qualité des membres reconnus qui la composent, le haut niveau d’écoute constaté, la richesse et la sincérité des échanges lors des deux réunions et surtout le rapport final de la HAF que nous espérons positif, ne peuvent laisser le COMEX de la FFF indifférent à cette demande générale et légitime du FOOTBALL ENTREPRISE.

Laisser un commentaire