Banner website copy

 

Gérard CASSEGRAIN à cœur ouvert !

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 
GCBUISINE

Gérard CASSEGRAIN
est actuellement Président du District de la Marne, une place qu’il laissera en 2020 à l’occasion des prochaines élections. Il a aussi été Président, par intérim, de l’ANPDF (Association Nationale des Présidents de Districts de France) avant que Marc TOUCHET (District de l’Indre) ne prenne le relais en Septembre 2017.

Depuis 2002, de solides liens l’attachaient à l’A.N.P.D.F, une entité, comme il le disait, semblable à la courroie de transmission entre les clubs des villes et ceux des champs. Et surtout à leur écoute et à leur service.
Après une scolarité parisienne et un début de carrière de footballeur en équipes de jeunes à Paris, Gérard CASSEGRAIN a posé ses valises sur le tapis rémois avec soin car le service des Douanes l’avait dans le viseur.
C’est en effet dans ce domaine puis plus tard par celui du transport, qu’il a construit son parcours professionnel.


C‘est aussi dans cette belle et pétillante région champenoise qu’il a intégré les instances du Football régional pour y poser bénévolement ses compétences, son savoir et sa grande expérience. 
Fin 2020, il tirera inéluctablement le rideau sur son rôle de Président de District.
Aujourd’hui installé à Vertus, ville située au sud de Reims réputée pour ses champagnes blanc de blancs, Gérard va pouvoir prochainement y coincer la bulle.
Quant à Vertus, s’il y habite, il en possède également un certain nombre incontestables : respect, convivialité, disponibilité, sens de l’écoute et des relations humaines.
L’UNFE, qui apprécie son soutien et sa discrétion, a souhaité mettre en visibilité ce dirigeant émérite, grand et éternel défenseur du Football Entreprise.   

Encore en fonction et attendant de prendre un repos bien mérité, Gérard CASSEGRAIN a répondu à nos questions sans se dédouaner et sans mise en boîte!

Le Football Entreprise :

GCUNFEUn mouvement est né au niveau national qui s’est concrétisé par la naissance de l’UNFE.
Cette association de clubs a déjà proposé au groupe de travail (FFF/LFA) des idées pour redynamiser le Foot Entreprise.
Certaines ont été reprises et mises en œuvre même si, objectivement, tout n’avance pas comme l’UNFE et les clubs le souhaiteraient.

Que penses-tu de cette initiative de ces dirigeants et quel est ton avis sur l’avenir national du Football Entreprise à moyen et long terme?

  • C’est une très bonne initiative. Le Football d’Entreprise est tombé bien bas. Il fallait le sauver. la démarche est en cours est salutaire. J’ose espérer qu’elle rencontrera le succès escompté. L’U.N.F.E. croit en l’avenir de ce statut. Charge aux Elus des Instances Fédérales et Régionales (Ligues et Districts) de mettre en œuvre les moyens – surtout humains et matériels - nécessaires pour y parvenir.

A ce sujet, si tu avais une proposition ’’choc’’ à mettre en place en urgence, quelle serait-elle ?
  • Il n’est pas souhaitable de travailler dans l’urgence. Il faut repartir de (presque) zéro et surtout y croire, avoir la volonté de réussir.
GC4Tu as indiqué il y a quelques semaines :
‘’ Le Football d’Entreprise doit rentrer dans le cadre d’un projet majeur’’……‘’Je considère que le succès escompté ne sera atteint qu’à partir du moment où toutes les instances - parties prenantes – travailleront en commun et dans le même sens.
Pour toi qui es un fervent défenseur du Football Entreprise, penses-tu que cette volonté de vouloir dynamiser le Football Entreprise soit réelle ?

  • Actuellement, des dirigeants ont la volonté de redynamiser le Football d’Entreprise, c’est une certitude.
  • Par contre, je ne suis pas persuadé que toutes les personnes qui disent vouloir le sauver font tout pour y arriver. Dommage ! Car lorsque l’on dit… l’on fait. Inutile de tenir un double discours.

Demain on te présente un Directeur d’entreprise ou un DRH ou un décideur, quels sont tes arguments pour le convaincre d’intégrer le football et toutes ses pratiques possibles, compétition ou loisir au sein de son entreprise ?
  • Une bonne santé physique et morale pour les pratiquants et… les pratiquantes.
  • Une plus grande cohésion et une meilleure ambiance à l’intérieur de l’entreprise obtenues à partir d’un vrai projet sportif.
  • Une image positive et un outil de communication pour l’entreprise.
  • Un complément aux actions de partenariat réalisées par l’entreprise.

GCGEMRICHCOUPEDUMONDELe Football
La victoire en Coupe du Monde a logiquement induit un grand nombre d’adhésions, en particulier d’enfants.
Cependant le volume des installations et le nombre ‘éducateurs ne sont pas indexés sur cette demande.
C’est un problème qui t’a interpellé car de nombreux clubs de foot amateur n'ont donc plus les capacités pour accueillir de nouveaux licenciés.

Quelle pourrait être ta solution ?

  • Il est évident que de ne pas avoir bénéficié de « l’effet France Championne du Monde 2018 » est particulièrement frustrant. 
  • Les raisons et les causes tant en interne qu’en externe sont multiples. 
  • Le désengagement des dirigeants bénévoles d’antan n’est malheureusement pas compensé par l’arrivée des nouveaux éducateurs diplômés qui deviennent indispensables pour la pérennisation de nos activités 
  • Il y a de plus en plus de contraintes règlementaires à respecter, de projets à initier et d’objectifs à atteindre. Pour le haut niveau, c’est un plus. Pour le football de proximité, celui dit de la base cela devient une charge trop lourde à supporter. 
  • J’ai souvent utilisé la devise : « Faire moins, mais mieux » ce qui ne signifie absolument pas : « Ne jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire… le surlendemain (humour).

GCPANINIExiste-t-il un(e) dirigeant(e) (de ta Ligue ou d’une autre Ligue) que tu souhaiterais citer et mettre en visibilité ? 
  • Non, car elles et ils seraient trop nombreuses et nombreux pour les citer. Ils, elles font un « travail » admirable en toute modestie, dans l’anonymat, l’humilité avec pour seules récompenses de faire plaisir aux gamines et aux gamins qui leurs sont confiés et découvrir – peut-être – « l’étoile » qui brillera un jour (ou une nuit) au firmament du football français, européen voire mondial.

Tu appartiens et t’active, depuis de longues années, dans plusieurs instances et Commissions au sein de la FFF et plus spécifiquement dans la Ligue du Grand Est. Qu’est ce qui t’a toujours motivé et poussé pour y mettre autant d’énergie ?
  • Le football, le sport m’ont accompagné tout au long de ma déjà longue vie. Je dois beaucoup au sport. Je suis passionné et reste motivé comme au premier jour. C’est une chance.
  • Mais, j’ai surtout l’incroyable chance d’avoir à mes côtés une Adorable Compagne. Sans elle, je ne pourrai pas faire tout ce que je fais. Jamais je ne la remercierai assez.

gcagdistrictLe District de la Marne

Le District que tu diriges est partie prenante de la Coupe du Monde féminine avec une longue série d’animations et d’évènements et surtout avec 6 matchs qui seront disputés à Reims.
Qu’espères-tu de cet évènement pour le District et quel bilan souhaiterais-tu tirer à l’issue de cet événement planétaire ?

  • La victoire de l’équipe de France bien évidemment. Mais aussi que cette compétition planétaire soit une fête, LA Fête, en Famille au cours de laquelle nous célébrerons LA Femme, les Femmes, dans le Foot, dans le Sport et surtout dans la Société. Nous devons effacer les différences, toutes les différences. En ce domaine, il y a encore beaucoup à faire. La Coupe du Monde nous aidera franchir un pas supplémentaire.
  • A partir de cet évènement bénéficier de retombées en matière du nombre de licenciées.

GCCOMITELGEFLa fusion des 3 anciennes ligues n’a pas été évidente à mettre en place étant donnée la taille de la Ligue actuelle du Grand Est.
Comment le District de la Marne parvient-il à exister avec un siège situé à 250 km de celui de la Ligue près de Nancy ?

  • La Loi NOTRe avec pour objectif la réforme territoriale étaient avant tout une volonté politique. Le sport et le Football devaient adhérer pour montrer l’exemple. La fusion des 3 anciennes Ligues étaient donc inévitables.
  • Je tiens à préciser que nous n’avons en aucun cas été absorbés par la LORRAINE avant que l’ALSACE ne nous rejoigne. La mise en place a été plus précipitée que prévue. Le District ne représentant plus de 7 %. L’ex-Champagne Ardenne 20%. Dans ces conditions difficile de se faire entendre, même en compensant ce « déficit » par la qualité. Nous faisions et continuons de faire aussi bien que nos voisins plus puissants.
  • Nous travaillons dans l’intérêt des clubs (régionaux et/ou départementaux) tout simplement. Ne ne menons pas des combats perdus d’avance. Continuons à y croire.
  • Politiquement, face à deux « forces » aux puissances sensiblement égales, nous pourrions dans les mois à venir être très courtisés. Je ne vous fais pas de dessins.

3ETOILEDans cet ordre d‘idées, le récent lancement du support ‘’ La 3ème étoile’’ est-il un des moyens pour mieux communiquer ?
  • Un moyen de plus, certes, qui s’adresse essentiellement aux licenciés du District. J’ai pu constater que mes éditos étaient lus très… « attentivement » à l’extérieur de la région. 
  • Attention : « Trop de communication tue la communication (éternel refrain) ».

J’ai cru comprendre que ton mandat actuel était le dernier. Peux-tu dresser, en quelques mots, ton bilan de l’action ou des valeurs que tu as portées durant tout ton parcours.

  • Ma carrière professionnelle relevait du secteur des « Services ». J’ai donc poursuivi une activité - disons – associative basée sur les mêmes principes. Ai-je réussi ? Je ne le sais pas. Il faut le demander à mes Collègues et mes Amis et surtout aux Clubs qui me supportent depuis près de 17 années ce qui est beaucoup, beaucoup trop ?

    J’ai essayé d’exercer mes missions avec toute l’honnêteté souhaitée, je pense.

Une fois que tu auras rendu ton tablier, le football sera-t-il terminé pour toi ?
  • Au District : OUI. Ailleurs : OUI à 95%. Je suis très attaché à la formule : « Quand on est jeune il faut plaire, lorsque l’on devient vieux il ne faut pas déplaire » alors, avec l’âge je préfère quitter la table avant de faire le mandat de trop.
Parlons un peu de toi
  • Exercice difficile
LANGUILLIERJeune, tu as évolué en région parisienne dans un des clubs historiques franciliens : le CA 14 devenu aujourd’hui le CA Paris 14.

  • Petite précision : il s’agissait, à cette époque (1950 – 1960) du CERCLE ATHLETIQUE de PARIS qui n’avait pas encore fusionné avec le C.A. 14. L’équipe « phare » évoluait en 2° Division Professionnelle. C’était l’un des 4 Clubs pro de PARIS. Notre Président était Marcel LANGILLIER (International qui a participé à la première édition de la Coupe du Monde). J’arrête là sinon je tombe dans la préhistoire (rires)

Je crois que, sur le terrain, tu évoluais dans les équipes de jeunes, à un poste dont le nom n’existe plus de nos jours : inter droit. Quelle était la spécificité de ce poste et quelle était ta principale qualité de joueur ?

  • J’ai évolué dans ce Club de « Pupille » à « Junior ». Nous avons été champions de PARIS « Cadets ».
  • Nous jouions en WM. J’occupais le poste d’inter droit (ou milieu offensif). Là nous sommes au Moyen-Age (rires). Avions une bonne génération. Etions heureux et complices sur le terrain comme dans la vie. Mais en 1961, il y avait encore… l’ALGERIE. Alors nous nous sommes quittés. Ce fut la fin d’une belle histoire.

CA14Ton père Maurice était dirigeant du club au milieu du siècle dernier. Quels conseils te donnait-il ?

  • « Tout donner. Ne jamais tricher. Allier le résultat et la manière. L’Arbitre a toujours raison. Tu peux toujours faire mieux. Restez fair-play, humble et respectueux. Jouez, prenez du plaisir les gamins ! »
  • Ce sont quelques consignes qui le résument et résonnent encore à mes oreilles.

Quel type de dirigeant était-il ?
  • Un Homme merveilleux, un Père formidable. Un artisan à la recherche de la perfection.

En plus du FOOTBALL, quelle sont tes passions ?
  • Ma PASSION en lettres majuscules fait partie de « mon jardin secret », Je n’en dirai pas plus.
  • Par contre, parmi mes hobbies, je citerai : la Culture et le Sport sous toutes leurs formes.
vincenotJ’ai cru comprendre que tu appréciais l’écrivain Henri VINCENOT qui pourtant était un fan de rugby ?
Quelles sont les raisons de ton intérêt pour ce romancier bourguignon ?

  • VINCENOT me faisait penser à mon Grand Père PATERNEL qui était… lui aussi Cheminot. Il était aiguilleur à MONTOIRE sur LOIR (Pour la petite et grande histoire).

  • J’aime VINCENOT pour sa simplicité et son style d’écriture particulier. Ces romans sont remplis d’humanisme, de bonheur, de tendresse et de savoureuses anecdotes.


Ce qui t’énerve le plus sur ou au bord du terrain ?
 
  • La violence, les incivilités, la mauvaise foi, les simulations et les incessantes contestations.

Quel est le mot que tu apprécies d’entendre au bord ou sur les terrains ?
  • La locution : « Bon Match ! » au début des rencontres et « Bravo » à la fin.

Quel est ton principal regret ?

  • AUCUN. A quoi bon regretter ?

Quel a été ton plus beau souvenir depuis que tu as débuté dans le monde du foot ?

  • Avoir œuvré pendant 8 années au sein de la Commission Fédérale de Compétitions Nationales de Jeunes entouré d’amis (de véritables amis), avoir côtoyé les entraineurs de la D.T.N., participé avec eux à l’organisation des Coupes Nationales U15 à CLAIREFONTAINE, aux phases finales U17, aux Finales de la Coupe GAMBARDELLA au Stade de France, avoir vécu l’éclosion de nombreux jeunes talents qui, certains, sont aujourd’hui internationaux.

Quel est ton plus gros défaut dans ton rôle de dirigeant ?

  • Etre trop gentil? C’était comme sur le terrain, je n’aimais pas mettre la  « semelle ».
  • Mais, est-ce que la gentillesse est un défaut ?

caillotkopaQue penses-tu du parcours du Stade de Reims cette saison en Ligue 1 ? Est-ce ton club de cœur ?

  • Que du bien, bien évidemment. Je suis heureux pour le Groupe et surtout pour JEAN-PIERRE à qui je voue une profonde Amitié. Avec DIDIER ils réalisent depuis des années et des années un excellent travail. Il faut se rappeler d’où ils viennent et tout ce qu’ils ont fait pour arriver où ils sont aujourd’hui. C’est la juste récompense des efforts qu’ils ont consentis.
 
Quel est, selon toi, le joueur ou le dirigeant emblématique du football français ?

  • Chaque génération a son joueur ou son dirigeant « emblématique ». L’on ne peut pas comparer les « époques ». Sinon, je retiendrai : RAYMOND KOPA (cf photo ci-dessus avec JP CAILLOT).

Un message à faire passer ?
Cette citation empruntée à BEAUMARCHAIS convient à la démarche nécessaire pour redynamiser le football d’entreprise. Entreprendre et réussir.  Tout un symbole !

En conclusion, nous avons retrouvé un extrait d’un de ses discours dont tous ses auditoires étaient friands car toujours de grande qualité :
’Le football m’a accompagné tout au long de ma vie. J’y ai connu de courtes déceptions et des petits malheurs mais surtout de belles histoires et de grands bonheurs. Et cela ça n’a pas de prix.’’

Et pour montrer que Gérard était apprécié à tous les niveaux, nous avons contacté et demandé à Jean-Pierre CAILLOT, Président du Stade de Reims (Ligue 1), son sentiment sur Gérard qu’il connait bien et qu’il apprécie.
Qu’il soit lui aussi remercié pour son soutien incessant au Football Entreprise qu’il connait parfaitement et ce depuis longtemps.


‘’Si j’ai quelque chose à déclarer le concernant : c’est d’abord que Gérard est avant tout une bonne personne. C’est quelqu’un de dévoué pour le football amateur, il démontre une très grande compétence et réalise consciencieusement les missions qui lui sont confiées sans jamais se mettre en avant.
Pourtant, vu son travail et son dévouement, il pourrait revendiquer l’avancée de beaucoup de dossiers depuis toutes ces années. C’est un bénévole à l’ancienne qui mérite le plus grand respect et dont je suis très fier d’être l’ami. ‘’

Jean-Pierre CAILLOT

 
Merci
Entretien : Daniel TESTE