Banner website copy

 

Younes SEDRATI : un arbitre jeune, lucide et prometteur...

 SEDREATIPANINI2
 
Nous avions rencontré Younes SEDRATI au mois de juin dernier à l’occasion de la finale de DHR Football Entreprise parisienne. Après avoir fait preuve de patience mais toujours dans le respect du règlement, en attendant les 14 licences bloquées sur le périphérique traditionnellement embouteillé, il avait dirigé cette belle finale qui s’était terminée tard dans la nuit en raison des tirs au buts venus s'inviter au programme.
Ce soir-là, son calme et sa sérénité, malgré son jeune âge, nous avaient interpellés et décidés à en savoir un peu plus sur son parcours, ses ambitions et sa vision de l’arbitrage.
 
Parmi ses réponses à nos questions, nous avons noté qu’il regrette que les contacts entre les arbitres et les joueurs soient trop rares voire inexistants. L’UNFE fera prochainement une proposition pour inverser cette tendance et pour créer ou recréer des liens entre ces deux familles du football qui ont évidemment besoin de mieux se connaître pour mieux s’apprécier.
Younes SEDRATI a officié, la semaine dernière, au centre lors du 4ème tour de Coupe de France lors du match Montigny-les-Cormeilles vs ULTRA MARINE, une équipe réunionnaise qui s’est finalement imposée (2-0) dans une ambiance festive.  
Avec un emploi de temps arbitral partagé entre des matchs de DSR du dimanche et de DH du Football Entreprise, il est très apprécié et possède toutes les qualités et la lucidité pour rapidement grimper les échelons de la hiérarchie arbitrale francilienne voire plus si affinités….
 
SEDREATIDHRYounes SEDRATI
Quel est votre âge, votre situation familiale et votre profession?
25 ans, marié, étudiant dans le domaine du BTP (bac +5 diplôme directeur de travaux à Vincennes)

Vous souvenez vous de votre premier match officiel avec un sifflet ?
Mon premier coup de sifflet a retenti lors de mon premier match d’arbitrage pour la validation de ma formation (2009).
Un match de U17 à Montreuil. Match que je n’ai pas pu finir car les deux équipes avaient eu une altercation au match aller. Les deux équipes ont voulu en découdre le jour de mon contrôle.
Malgré ces débuts compliqués, je n’ai pas baissé les bras car l’arbitrage fut une vraie révélation dans mon parcours sportif.
J’ai dû donc faire un second match pour valider ma formation.

Avez-vous décidé tout seul de choisir cette voie ou quelqu’un vous a t-il guidé ou ‘’poussé’’?
En effet, la décision s’est faite un jour où je regardais un match de football. Pour la première fois, je me suis désintéressé des 22 joueurs afin d’observer « l’homme en noir ». Et là, je me suis dit, pourquoi pas ?
Afin de me consacrer à mes études, j’ai dû arrêter le football au lycée. A 19 ans, j’ai souhaité continuer à exercer ma passion mais sous un autre angle. La direction, la prises de décisions, représenter les lois sont certaines qualités qui m’ont poussé à pratiquer cette activité.

Vous êtes rattaché à quel club ?

Le Blanc Mesnil

Lors de quel match avez-vous eu le plus de trac ?

J’ai arbitré une belle affiche qui m’a mis un grand stress, c’est la finale de coupe 93 (U15) arbitrée dans le stade de France en 2011 avec plus de 500 spectateurs.
 J’ai fait ce match alors que je n’avais que un an et quelques mois d’expérience.

SEDRATI88 sedratiaucentreavabnt
SEDRATIMONTIGNYLESCORMEILLES sedratiserremain
 
Qu’est-ce qui vous agace le plus sur un terrain ?
L
e comportement inadmissible de certains éducateurs et joueurs envers les arbitres. Les contestations

Quelle a été votre plus grosse boulette ?
Avoir oublié mon carton jaune au vestiaire lors de la mi-temps !
Ce fut un très bon exercice car cela m’a obligé à gérer mon match de telle manière qu’il n’y ait pas d’incident nécessitant un avertissement. Ce fût un bon challenge !

Quel est votre meilleur souvenir de votre jeune carrière?

Lorsque j’ai arbitré sur la pelouse du stade de France (en 2011). Ce fut un plaisir énorme de frôler de mes crampons la pelouse sur laquelle la France a remporté la Coupe du Monde en 98. J’ai arbitré sur la pelouse la plus connue de France et celle sur laquelle Zizou a joué. Ce fut une expérience inoubliable.

Quelle est votre principale qualité dans votre fonction d’arbitre?
La rigueur. Même s’il faut plusieurs qualités pour exercer l’arbitrage : sérieux, force mentale, condition physique, etc…

SEDREATICIVILQuels seraient vos arguments pour convaincre un jeune de devenir arbitre ?
L’arbitrage, c’est une école de la vie !
On est gagnant sur tous les niveaux : affirmation de soi, apprendre à diriger, faire une activité sportive régulière, apprendre à faire un bilan de ses performances et les améliorer, gagner en maturité, travailler son leadership, avoir de l’argent de poche lorsqu’on est jeune, etc.
L’arbitre peut t’aider à trouver un travail ! J’ai deux anecdotes à ce sujet :
  • J’ai décroché un job d’été en 2012 grâce à l’arbitrage. En effet, le DRH m’a fait la confidence qu’il m’a sélectionné pour ce poste au détriment d’autres candidats par ce que j’étais arbitre. Il a considéré qu’un arbitre avait certaines qualités indispensables dans le milieu professionnel : sérieux, organisation, leadership, rigueur, maturité…
  • En 2013, à l’issue de mon bac + 2, j’ai décroché mon contrat en alternance avec une entreprise grâce à l’arbitrage ! J’étais en concurrence avec plus de 10 personnes pour ce pose d’alternant, le fait d’être arbitre, cela à fait la différence aux yeux du recruteur.
Préciser sur son CV que tu es arbitre, cela dégage un profil très intéressant pour les DRH et ce pour n’importe quel poste car l’arbitrage englobe de nombreuses qualités qui peuvent servir dans n’importe quel métier.
Sans oublier, qu’un arbitre est un passionné de football, donc c’est aussi un très bon moyen de garder un contact avec son sport préféré et d’être au cœur du jeu lorsqu’on ne peut plus poursuivre sa carrière de joueur.
PIERLUIGICOLINBA
Avez-vous un modèle d’arbitre, français ou international ?

Mon arbitre préféré et mon model dans l’arbitrage c’est Pierre Luigi COLINA. C’est un arbitre qui a su se faire respecter de façon naturelle et avec une grande simplicité.

Est-ce que les arbitres franciliens se réunissent souvent ?

Oui, nous avons deux rencontres officielles par an : la réunion de début de saison et fin de saison.
On se rencontre également une fois par an pour faire les tests physique et théorique. À mon niveau (arbitre de DSR), notre réfèrent M. Fabrice BORDET organise des évènements conviviaux afin qu’on puisse se réunir (environ 3 RDV par an).
 
 
SEDRATIAVECARBITRESSouhaiteriez-vous plus de contacts entre les arbitres et les dirigeants et joueurs des clubs?
Oui, on ne peut que vouloir avoir plus de contact avec tout le monde pour apprendre à se connaitre.
Je pense qu’entre arbitres nous nous connaissons assez bien car au-delà des réunions et RDV que nous partageons, nous arbitrons à trois chaque weekend. D’autant plus, avec l’ancienneté, d’année en année, on tourne au moins une fois avec chaque arbitre de la ligue et parfois certains des différents districts. A force, nous nous connaissons tous.
Malheureusement, nous n’avons pas d’échanges et de contacts avec les joueurs et les dirigeants, si ce n’est sur le terrain. Cela crée une certaine distance entre nous. Mais je suis conscient que cela représenterait une organisation monstre pour faire des rencontres arbitre/joueurs et éducateur/arbitre. Mais cela serait une très bonne initiative pour casser les préjugés et les barrières afin de créer une confiance qui nous permettrait à tous de vivre de bons matchs.
Nous aimons le football autant que les éducateurs et les joueurs. Notre but lorsque nous débutons une rencontre, c’est de prendre du plaisir et de faire prendre du plaisir.

Que répondez-vous aux commentaires des journalistes TV, à ceux d’anciens joueurs devenus consultants ou même de Présidents de club qui mettent régulièrement en doute l’honnêteté ou les compétences de certains arbitres ?
Aucun arbitre n’est à l’abri d’une erreur et ce quel que soit son niveau car un arbitre reste un être humain et l’erreur est humaine.
Premièrement, dans la grande majorité des cas, nombreux sont les journalistes ou autres qui ne connaissent même pas les règles du jeu, ce qui n’est pas normal. Deuxièmement, la critique est facile lorsqu’on a jamais arbitré et lorsqu’on ne sait pas vraiment de quoi on parle.
Étant un ancien joueur, j’ai complètement changé d’opinion sur l’arbitrage lorsque je suis devenu arbitre.
Toutefois, je dis simplement que tout est assujetti à la critique, c’est une liberté de pouvoir être d’accord ou non. Mais tout doit être fait dans un certain respect de l’autre.
Nous travaillons dur afin de pouvoir donner le meilleur de nous-même. Je me fais à la fin chaque match un bilan de ma rencontre afin de m’améliorer sur la prochaine.
Nous voulons toujours bien faire et mieux faire, mais le facteur humain est là et cela doit être mieux compris par tous.

SEDRATIMONTIGNYLESCORMEILLES2Est-ce que vous avez été joueur avant de devenir arbitre. Pensez-vous en effet que le fait d’avoir été joueur permet à un arbitre de mieux appréhender ou apprécier certaines situations de jeu ?
Oui, j’ai joué en club avant d’être arbitre et je joue toujours quand j’ai le temps. Il est évident que le fait d’avoir été joueur permet de mieux apprécier certaines situations de jeu. En tant qu’ancien joueur, on a tendance à se mettre à la place du joueur qu’on arbitre afin de le comprendre techniquement et psychologiquement. Comment joue - t - il ? Qu’est-ce qu’il attend de moi ? (de le protéger ? de le laisser jouer un maximum ? de parler avec lui ? de le rassurer ?…).
Cela m’aide également pour comprendre le jeu des équipes afin d’anticiper mon placement.

Quel est votre niveau actuel au classement de l’arbitrage et quel niveau de match vous permet-il d’arbitrer ?

Arbitre régional Ligue 2 (soit niveau DSR sénior en centre et assistant en DH/CF2)

Parmi les cinq mots qui suivent, quel est celui qui définit le mieux  votre rapport avec l’arbitrage ? Un loisir, une découverte, une passion, une école de vie, un défi ? Si vous en avez une 6ème, n’hésitez pas !

Une école de vie !
 
Vous avez déjà arbitré des matchs du Football Entreprise et du dimanche. Vous aviez, par exemple, arbitré la Finale de DHR Football Entreprise en juin dernier sur le Stade des Gobelins à Paris.
Quelle est, selon vous, la différence entre ces deux familles du football français ?
Le point fort du Football Entreprise, c’est la convivialité. Dans la plus part des cas on est bien accueilli et à la fin de la rencontre on est invité à la buvette. Ce que l’on observe malheureusement peu sur les rencontres du dimanche après-midi.
Toutefois, on ne peut nier la différence de niveau entre les 2 familles. Même si parfois, je fus étonné du niveau de certaines rencontres que j’ai pu faire l’année dernière en DH entreprise. Des rencontres d’un niveau tout à faire respectable.
D’un point vu organisation, le football entreprise doit mieux faire. Il devait y avoir plus de rigueur : rédaction de la feuille de match, arrivée au stade à l’heure, équipements…J’ai malheureusement dû gérer durant cette finale de DHR une situation où l’équipe visiteuse a oublié ses licences. Nous avons dû commencer la rencontre avec 30 min de retard.
J’ai également constaté qu’il y a un plus d’incidents disciplinaires (entre joueurs ou en vers arbitres) dans le Football Entreprise que le football du dimanche.
Mais globalement, je garde une image positive du Football Entreprise. J’ai passé d’agréablement moments.
 
Quels sont votre connaissance et sentiment sur le Football Entreprise et sur ses valeurs?
J’ai arbitré du Football Entreprise dès ma première année en ligue soit durant quatre ans consécutifs. J’ai fait de nombreux matchs importants, notamment des phases finales de coupe et des matchs de montée/descentes. J’ai arbitré le niveau DHR et DH. Donc, je pense avoir une bonne connaissance du Football Entreprise.
Ce football véhicule de belles valeurs de fair-play et de partage. Globalement les matchs se déroulent dans une ambiance « bon enfant ». Les deux équipes et les arbitres partagent souvent à la fin de la rencontre un moment de convivialité autour d’un apéro.
 
SEDRATIENTTEVous êtes un jeune arbitre. Quelles ont vos ambitions dans l’arbitrage ?
J’aspire à aller le plus loin possible. Aujourd’hui, mon objectif à court terme c’est d’atteindre l’excellence de la ligue, c’est-à-dire la DH. Je vais tout mettre en œuvre pour y arriver.
Ensuite, je ferai en fonction des opportunités qui s’offriront à moi.


Avez-vous un message à faire passer ?
Je tenais à vous remercier de m’avoir donné cette opportunité de m’exprimer et de présenter l’arbitrage francilien sur votre site internet.
Le message que j’ai à passer est celui de l’union, du partage et du fair-play au sein de la famille du football francilien.
Et, sans oublier, nous avons la même passion mais pas le même maillot !
 
 
  SEDRATILARGE11
Photos extraites des sites :