Picture333 min

HEC PANATHENEES : tout est possible !

HECJOIELARGE

HEC PANATHENEES
 : un nom de club surprenant en particulier sur la deuxième partie hellénisante de son nom. Sur ce point, si vous souhaitez améliorer votre culture générale mais individuelle et connaître l’origine de cette appellation, il vous faut impérativement lire cet entretien sur ce club rafraîchissant !

Ce dernier, créé il y a 20 ans grâce à des anciens élèves de la célèbre Grande Ecole de Commerce, nous est apparu comme une sorte de puzzle hétérogène fort sympathique composé de pièces différentes qui font, qu’une fois constitué, il devient une création unique et originale :
- Jean-Baptiste Degermann : un défenseur central, community manager du club, et comédien en dehors des terrains,
- Marin Desprez, préparateur physique, responsable des stats et des visuels, après avoir évolué professionnellement et footballistiquement en Allemagne,
- César Perrot, dit "Le Philosophe", le buteur,
- Andrea Sannino, le jeune Mesut Ozil  de Jouy en Josas,
- Romain Le Mouellic, ancien du Centre de formation du FC Nantes, vainqueur de la Coupe Gambardella en 2002 avec comme coéquipiers Emerse Fae (ex-OGC Nice), Luigi Glombard (ex-Leicester City), Alexis Thebaux (SC Bastia) et Milos Dimitricivic (Etoile Rouge de Belgrade),
- Charles Ginot : vice-président et trésorier en tandem avec Pierre Leschallier De Lisle, Président et capitaine exemplaire,
- joueurs…
Vous mélangez bien et vous obtenez HEC PANATHENEES, une structure amicale qui porte des valeurs sociales et de convivialité embarquées dans une aventure humaine originale.
heccharleetpierre
HEC PANATHENEES sera avec le Ministère des Affaires Sociales Paris, le petit poucet de cette compétition. La présence de deux clubs du Samedi matin en 8èmes de finale montre la qualité de ce championnat.
La Banque de France de Christophe Germond, habituée aux joutes nationales, devra faire preuve de sérieux pour espérer passer à la caisse de la qualification !  

Le 24 Février, vers 17h, quel sera l’état d’esprit d’HEC PANATHENEES au Zinc ?
Un triste ‘’Halte En Coupe’’ ou un flambant ‘’Héroïque En Coupe’’ !
 

En attendant, Pierre Leschallier De Lisle et son compère Charles Ginot (cf photo ci-contre), ont répondu aux questions de l’envoyé spécial de l’UNFE :

HEC PANATHENEES
 
HEC d’accord ! Mais pourquoi PANATHENEES ? Est-ce en rapport avec l’origine du mot Panathénées et des fêtes qu’il représentait, inspirées des Jeux Olympiques ?
Pierre : Oui, c’est ça ! Les Panathénées étaient des fêtes sportives organisées dans l’Athènes classique. Les exploits sportifs des Athéniens ont inspiré les fondateurs du club, mais c’est aussi la dimension sociale qui nous intéresse. Les Panathénées étaient des événements sociaux qui rythmaient la vie de la cité. Similairement, les matches du HEC Pana sont une occasion pour les anciens de notre école de se retrouver, de jouer au foot ensemble, de partager un déjeuner…
Charles : [Il coupe] Ca c’est important pour nous : aujourd’hui, de plus en plus de gens font des sports individuels, du triathlon, etc. On respecte cela, évidemment. Mais le football va bien au-delà : c’est une aventure humaine collective, dans une société qui manque justement de repères collectifs.

hecequipeQuand et par qui a été créé votre club ?
Charles : le Club a été créé à l’été 1998, suite à la victoire de la France au mondial, par des anciens du Club Foot HEC, l’équipe universitaire de l’école. Le début de la belle aventure...

Quels sont moyens de recrutement et où allez-vous chercher des joueurs ?
Charles : Nous recrutons exclusivement parmi les anciens de notre école. Quand les étudiants parviennent en troisième année, ils jouent moins avec l’équipe universitaire le jeudi après-midi en raison de leurs nouvelles contraintes professionnelles. Le Pana prend le relais.
Pierre : Nous choisissons les joueurs pour leurs qualités footballistiques autant que pour leur mentalité. Nous cherchons des bonshommes fiables et combatifs. Les coachs de l’équipe universitaire sont les mêmes depuis de nombreuses années, donc nous profitons d’une formation tactique homogène d’années en années. Ca facilite beaucoup l’intégration des jeunes. J’en profite pour saluer nos deux Guy Roux à nous, Jean-Michel TALLONE et Frédéric MAZZON, qui est un ancien joueur pro d’ailleurs !

HECFEUILLEDEMATCHVous n’avez pas de coach attitré. Comment organisez-vous vos séances d’entraînement ?
Pierre : Malheureusement, notre terrain n’est pas suffisamment proche de Paris pour pouvoir s’y entraîner en semaine... Nous organisons des séances d'entraînement physique sur les quais de Seine à Paris, où nous travaillons surtout le fractionné et le renforcement musculaire.
 
Certains joueurs complètent avec du foot à 5. Les week-end sans match nous permettent d’organiser de vrais entraînements. En ce moment nous travaillons plus particulièrement la projection vers l’avant et la finition, pour améliorer notre rendement offensif.

Quel a été votre classement la saison dernière et quels sont vos objectifs pour la fin de saison ?
Pierre : L’année dernière nous terminons deuxième du championnat, à l’issue d’une saison pourtant difficile où nous subissons les absences sur blessure de plusieurs cadres de l’équipe. Cette année doit être celle du titre, qui nous échappe depuis plus de 5 ans maintenant.
Charles : On a perdu des points bêtement en début de saison mais on est quand même en tête du classement provisoire. Nous n’avons cependant pas encore pu faire le trou sur nos poursuivants, et notamment sur les Affaires Sociales, double tenant du titre.

Quel est le palmarès sportif du club ?
Pierre : Le club est multiple champion du championnat entreprise du samedi matin (R1), les derniers titres remontant à 2011 et 2013. En 2016, le club a remporté le Challenge Valentine à l’issue d’une victoire 2 buts à 1 contre Orange.
Retour en images sur cette victoire (photos ci-dessous et vidéo AS ORANGE)



hecvalentineequipe hecvalentineaction
 
Votre équipe réserve a connu de difficultés de telle sorte que vous avez été contraints de l’arrêter. Quelle en est la raison ?
Pierre : L’équipe réserve était confrontée depuis quelques années déjà à de grosses difficultés d’effectif. Le défi était devenu trop grand pour le capitaine qui a préféré jeter l’éponge. L’équipe 1 et l’équipe réserve du Pana ne travaillaient pas assez ensemble. Si on veut continuer à grandir dans les années à venir, cela passera par la reconstruction d’une équipe réserve dont le projet devra être cohérent avec celui de l’équipe première.

Vous allez recevoir la Banque de France en 8èmes de finale de la Coupe le 24 Février. Après US NETT et le CHI Poissy, un 3ème club de R1 vous est opposé. equipebdfQuels sont vos espoirs face à cette équipe très solide ?
Pierre : On a le sentiment que la Banque de France (cf photo ci-contre) est une équipe plus solide que les deux équipes de R1 que nous avons précédemment affrontées et battues. Leurs récentes confrontations contre les cadors de leur championnat l’illustrent : ils sont tout de même les premiers à avoir fait perdre des points à Nike cette année !
Charles : Nous avons tout de même de bons espoirs de gagner. Jouer à domicile est une grande force pour nous. Nous avons nos repères sur ce terrain depuis plus de 10 ans pour certains joueurs et les supporters seront de notre côté ! Et puis la Banque de France vient d’être tenue en échec contre Poissy CHI, que nous avons battu en 16ème … Tout est possible, et comme aux 4 tours précédents, on rentrera sur le terrain pour gagner !

Cela fait 8 ans que vous n’étiez pas parvenus à atteindre les 8èmes de finale. Cette année sera-t-elle l’année du record avec une présence en 1/4 de finale et donc avec une passe de trois ?
Pierre : C’est l’objectif en tout cas ! Les anciens du club nous regardent, on a envie de leur prouver qu’on est capable d’aller loin.

Dans l'histoire du club, quel est le match ou l'évènement qui vous a personnellement procuré le plus de plaisir ?
Charles : Je n’ai joué que 2 saisons avec le Pana, et les matchs de coupe ont une magie très particulière. Par exemple, contre Poissy, après une victoire étriquée, célébrer avec nos supporters était vraiment fantastique. Il y a aussi eu la victoire en Championnat chez Affaires Sociales (1-5), qui a lancé notre saison.
Pierre : L’effectif a été beaucoup renouvelé ces dernières années, mais les anciens nous parlent encore de victoires marquantes en Coupe de France contre Air France en 2007, Airbus en 2011 et Poissy en 2012. Ces équipes souvent favorites et mieux structurées sont surprises qu’on ait pas de dirigeant, moins d’équipements, etc. et c’est toujours une fierté de montrer que notre modèle peut fonctionner. Sur le terrain, on est tous égaux.

HECCHARLESGUINOTQuels sont les dirigeants ou joueurs emblématiques du club ?
Charles (cf photo ci-contre) : Nous formons un tandem avec Pierre, qui est un Président et capitaine exemplaire. De mon côté, je suis vice-président et trésorier. On est tous les deux des anciens Présidents du Club Foot, de deux générations différentes. Dans l’organisation, nous avons également Marin DESPREZ, en charge de la préparation et des statistiques (notre directeur du football à nous) ainsi que Jean-Baptiste DEGERMANN, comédien en dehors des terrains, qui gère notre présence sur les réseaux sociaux, un des nouveaux axes de développement de cette année.
Pierre : Côté joueurs, nous avons Romain LE MOUELLIC, ancien de la formation du FC Nantes et ancien vainqueur de la Gambardella, Rachid DRAY, ancien dirigeant du FC Lorient, inépuisable ailier et doyen du club et César PERROT notre goleador philosophe...

Quel est le plus jeune joueur de votre équipe et quel a été son parcours footballistique ?
Charles : Le plus jeune joueur de l’équipe s’appelle Andréa SANNINO. Il a joué dans de bons clubs de la banlieue de Marseille. C’est un joueur technique qui sent bien le foot…
Pierre : [il coupe] On le compare souvent à Mesut Ozil. Il a pas l’air rapide comme ça, mais en fait il va plutôt vite et fait toujours les bons choix !

Quel est le niveau global des championnats du samedi matin ?
Pierre : Le niveau du ‘R1 matin’ est finalement assez relevé et surtout très homogène - pour preuve le classement serré en tête de championnat. Le niveau de ce championnat augmente au fil des années. Ce sont des équipes qui jouent pour la plupart depuis longtemps le samedi matin et qui se connaissent bien. En ce qui nous concerne, nous jouons le samedi matin par choix, car ça laisse le samedi après-midi libre et c’est la meilleure façon de commencer le week-end.
Charles : Notre présence en 8e avec le Ministère des Affaires Sociales prouve la valeur du championnat. Ce n’est pas une surprise de nous voir là, et des équipes comme FIPS ou Finances 92 pourraient surprendre plus d’une équipe de ‘R1 après-midi’.

hecmitempsJe crois qu’un de vos joueurs a été membre du Centre de formation du FC Nantes ? Pourquoi a-t-il préféré les Hautes Etudes au football ?
Charles : Romain a en effet gagné la Gambardella avec les jeunes du FC Nantes il y a maintenant plusieurs années. Mais entre l’incertitude de devenir pro et le fait de faire des études, il n’a pas hésité. Il est aujourd’hui gestionnaire de deux bars à Paris, Le Syndicat et La Commune ; entre le foot, le business et la nuit parisienne, il a décidé de ne pas choisir ! C’est un peu notre Sydney Govou à nous. [rires]

Un autre de vos joueurs a évolué en Allemagne près de Hambourg, il y a quelques années, dans un club qui fut réputé au siècle dernier en Allemagne. Pourquoi cette expérience footballistique outre-Rhin ?
Pierre : Marin travaillait en Allemagne à cette époque et a eu l’opportunité de jouer avec l’équipe réserve d’Altona93, un quartier de Hambourg. C’est en effet un club mythique qui défend un modèle social différent, un peu comme Sankt Pauli avant que ce club se professionnalise.
Charles : Altona joue en Regionalliga maintenant [NDLR : équivalent du National 2], et vit une saison difficile d’ailleurs...

Existe-t-il un(e) dirigeant(e) ou un joueur d'un autre club du Foot Entreprise que vous souhaiteriez citer et mettre en visibilité ?
Pierre : Le club du Ministère des Affaires Sociales qui représente également le championnat du samedi matin dans ces huitièmes de finale. Ce sont nos adversaires les plus coriaces en championnat cette année. On espère les rencontrer en quarts !

Un mot pour définir votre club !
Pierre : Pas un mais deux si vous le voulez bien : Force et Honneur

HECLESCHALLIERDELISLELa principale qualité du club et évidemment son principal défaut ?
Charles : La principale qualité c’est la bonne humeur: le plaisir de se retrouver, de jouer ensemble, on retrouve un peu d’enfance et de candeur. Mais attention, ça ne nous empêche pas de nous battre sur tous les ballons !
Pierre (cf photo ci-contre) : Je vais répondre pour le principal défaut: c’est de ne pas s’entraîner. Ca nuit évidemment à notre progression sur le plan individuel comme collectif et on manque parfois d’automatismes par rapport aux cadors du foot entreprise. Entre le travail et le manque de disponibilité des terrains en Ile-de-France, ce n’est pas évident pour nous, surtout que notre seul financement est la cotisation des joueurs.

Je crois que vous avez une devise spéciale pour votre club ?
Pierre : Oui, c’est en latin car c’est un héritage du club universitaire d’HEC, qui existe depuis de très nombreuses années: In cogitando Magister, In agendo Barbarus [NDLR: Penser en maître, agir en barbare]

LE FOOTBALL ENTREPRISE

Selon vous, le Football Entreprise est-il assez soutenu dans votre ligue ?
Charles : Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas trop quoi en penser. En Ile de France les championnats sont structurés, on peut jouer soit le matin soit l’après-midi, et à notre niveau des arbitres sont fournis par la Ligue, ce qui est très important. Sur l’attribution des créneaux horaires de terrains, le financement, etc. il faudrait comparer au reste du football amateur.
Charles : Ce qui est sûr, c’est que le football entreprise est stable, et permet à de nombreux joueurs  d’accéder facilement au football amateur plus facilement qu’en cherchant un club classique.
Pierre : Le plus important, c’est que le football amateur dans son ensemble soit soutenu davantage. A ce sujet, on a été très touché par le discours de François Ruffin à l’Assemblée Nationale. Sans rentrer dans la politique, on s’est beaucoup retrouvé dans l’utilité sociale et la beauté du football amateur qu’il décrit. Le football entreprise est un très bon exemple d’initiative qu’il faut encourager, car les bénévoles qui s’y engagent méritent d’être soutenus.

Trois mots pour définir le Football Entreprise en général?
Pierre : Plaisir, engagement,…
Charles : [il coupe] et performance !

HECVESTAIRESUn mouvement est né au niveau national qui s’est concrétisé par la naissance de l’UNFE. Cette association de clubs a déjà proposé au groupe de travail (FFF/LFA) des idées pour redynamiser le Foot Entreprise et met tous les moyens possibles pour convaincre des instances.
Que pensez-vous de cette initiative et quel est votre avis sur l’avenir du Football Entreprise ?
Pierre : C’est une excellente initiative et vous avez évidemment tout notre soutien ! Il faut inciter les entreprises, les CE à soutenir ce développement. Un club est quelque chose de fragile, car ça dépend toujours de quelques personnes, et de financements incertains. On a bien vu ce que représentait un déplacement annulé pour un club comme ORVAULT C.T.E...
 
Charles : En deux mots, il faut soutenir le football entreprise pour assurer son avenir ! Je pense que les instances dirigeantes du football en sont conscientes maintenant. En coupe de France, il y a des moyens, et des arbitres de très grande qualité depuis 2 ou 3 tours. On s’en rend compte et ça fait plaisir !

DFBA ce sujet et en faisant un peu de fiction, si vous aviez la possibilité de rencontrer pendant cinq minutes, M LE GRAET, que lui-demanderiez-vous pour le Football Entreprise ?
Pierre : Joao Havelange a dit “je suis là pour vendre un produit appelé Football”. Je ne dis pas que le football d’aujourd’hui est un produit, mais sur certains aspects c’est comparable. Quand on regarde le nombre de licenciés en Allemagne alors que la population est à peine plus élevée, on se dit qu’il y a un problème en France… [NDLR: 7 millions de licenciés en Allemagne vs. 2,1 m en France en 2016, alors que la population Allemande est 24% plus nombreuse que la population française]
Pourquoi la LFP a-t-elle un taux de pénétration aussi faible sur son marché ? Le marché de la DFB n’est pas si différent… [NDLR: 8,5% en Allemagne vs. 3,2% en France]

Charles : Je suis d’accord avec Pierre. Certes la concurrence d’autres formes de football est forte. Les championnats FSGT par exemple, ou le foot à 5, qui est plus flexible et demande moins d’engagement... Mais il faut faire valoir ce que représente le foot à 11, et valoriser ses avantages comparatifs auprès du public, et auprès des canaux de distribution. Par exemple: les mairies, les maisons de quartier, les collèges,... et, en ce qui nous concerne, les entreprises !
Pierre : C’est un vrai engagement, ça structure la société, ça donne aux gens une stabilité, des échanges, c’est un objet social complet et universel, et donc bien plus qu’un produit !
Charles : On entend partout que c’est ce dont notre société a besoin… Je ne comprends pas pourquoi les politiques ou les entreprises n’y investissent pas plus d’énergie et de moyens.
Pierre : Donc, en un mot, ce que je lui demanderais, ce serait de mobiliser les acteurs économiques et politiques pour qu’ils fassent du football entreprise un vecteur de cohésion sociale. S’il obtient ce soutien, je suis convaincu que les moyens suivront !

Avez-vous un conseil à donner modestement aux consultants TV de football, pour la plupart anciens joueurs ?
Charles : Le respect des arbitres !
C’est devenu une constante des plateaux TV de décortiquer et analyser sans cesse les décisions arbitrales, parfois à coups de règles mal connues ou de révélateurs de hors-jeu mal positionnés… C’est oublier la place que donnent les règles du jeu à l’interprétation de l’arbitre sur le terrain, et toute la dimension psychologique qui va avec. Rappelons qu’une main n’est sifflée que si elle est intentionnelle, un tacle peut être sanctionné même si le joueur touche le ballon… tout cela ne se juge pas sur des ralentis.

Pierre : À ce titre, nous sommes résolument contre la VAR (hormis pour des situations très objectives comme la goal-line… quand elle fonctionne !). En plus de dénaturer complètement le rythme du jeu, ça ne va pas du tout permettre de régler la plupart des situations litigieuses qui nécessitent l’interprétation de l’arbitre sur le terrain, à vitesse réelle. Il n’y a qu’à voir ces fameux consultants TV, incapables de se mettre d’accord après dix ralentis sous cinq angles différents… La frustration sera toujours là, et sera même encore plus forte.
Charles : Faisons confiance aux arbitres, et sanctionnons les joueurs qui les agressent, même verbalement ; il n’y a que dans le football que l’on voit ça, c’est insensé ! On en profite pour remercier tous les arbitres de notre Ligue, qui sont comme nous des passionnés et font leur job du mieux qu’ils le peuvent.

hecequipeenteteCe qui vous énerve le plus sur un terrain ?
Charles : Justement, les joueurs qui ont parfois tendance à perdre leur calme et à lancer des insultes à l’adversaire ou à l’arbitre… On se demande pourquoi ceux-là se lèvent le samedi matin. Heureusement, la plupart des équipes ont un bon esprit dans notre ligue.

Pierre : Ce genre de choses n’arrive pas et ne doit pas arriver au HEC Panathénées. C’est un critère très important dans le recrutement. Il ne suffit pas d’être un bon joueur de football, il faut être exemplaire sur et en dehors du terrain.
Un message à faire passer ?
Charles : A la ligue non, mais pour vous oui. Je laisse mon président s’exprimer sur ce sujet
Pierre : Merci Charles. On tient à remercier l’UNFE pour son action! C’est un véritable plaisir que de voir cette effervescence autour du foot entreprise. C’est un peu notre manière à nous de vivre la passion du foot, la rivalité, les actualités...

Votre ambition pour les prochaines années ?
Pierre : Nous installer durablement dans le paysage du foot entreprise par des titres de champions du samedi matin et de belles épopées en Coupe Nationale
Charles : Et assurer la pérennité du Club !

Samedi, contre les banquiers, il faudra tenir la route  !
HECTIENTLAROUTE
 
 
Rédacteurs : Marin, Pierre, Charles, Jean-Baptiste et Daniel TESTE…

Photos et vidéo :
Agence Phytrack ARTIS Photo
club HEC PANATHENEES
AS ORANGE